Qu'est-ce que l'investissement halal ?

Si vous cherchez à investir de manière conforme à la Sharia, il est peut-être plus facile que vous ne le pensez de commencer.
Partagez-le :

Qu'est-ce que l'investissement halal ?

"Halal" est un mot arabe qui signifie licite ou autorisé. Si le terme "halal" fait souvent référence à la nourriture, il peut également décrire les investissements autorisés dans le cadre de la foi islamique.

    La définition de l'investissement halal

    L'investissement halal est une forme religieuse d'investissement conforme à la loi islamique ou Shariah. Les érudits islamiques contribuent à l'élaboration des directives d'investissement halal autour de sujets tels que l'intérêt, la dette, le risque et la responsabilité sociale.


    L'investissement halal est une forme spécialisée d'investissement socialement responsable. Une grande partie des critères applicables à l'investissement socialement responsable, par exemple, éviter les entreprises dont les revenus proviennent de domaines comme l'alcool, les jeux d'argent, le tabac, en fait partie. Mais en plus de cela, il faut aussi s'assurer que vous n'investissez pas dans des entreprises qui ont des dettes ou des revenus d'intérêts importants.

    Comment l'investissement halal peut aider à constituer un patrimoine

    En arabe, "Shariah" signifie "la voie de l'eau". Cette voie fait office de code de vie qui s'applique à de nombreuses facettes de la vie islamique, notamment les dons aux œuvres de charité, la prière, l'observation de rituels religieux particuliers et l'investissement.


    L'investissement halal permet aux musulmans de se constituer un patrimoine sans se préoccuper de savoir si leurs choix d'investissement sont conformes à la Shariah, car de nombreux instruments d'investissement traditionnels ne le sont pas.


    De nombreux plans de retraite, ne proposent pas d'options halal, ce qui place les employés musulmans qui préféreraient investir de cette manière devant un choix difficile.


    Il est préjudiciable pour l'avenir financier de quelqu'un s'il ne peut pas participer à son plan de retraite, et qu'il n'est tout simplement pas en mesure de le faire parce que son employeur ne lui a pas proposé d'investissements halal. Cela arrive à beaucoup de gens, malheureusement. Ou bien ils sont obligés de faire des compromis. C'est une position très difficile à prendre.


    L'investissement halal permet aux musulmans qui veulent s'assurer qu'ils suivent la loi islamique de participer à leurs plans de retraite. Cela pourrait aider davantage de musulmans à se sentir à l'aise avec les investissements.


    En général, les musulmans se sentent beaucoup plus à l'aise lorsque vous associez les valeurs islamiques. Vous pouvez l'intégrer dans un contexte religieux et leur faire comprendre que la gestion de l'argent et l'investissement sont une forme d'amour de soi. C'est aussi une forme d'adoration de Dieu et de gratitude.

    Les principes de l'investissement halal

    Il existe de nombreuses interprétations différentes des investissements spécifiques autorisés pour l'investissement halal. Néanmoins, certaines pratiques d'investissement sont généralement acceptées par la plupart des investisseurs musulmans pratiquants.

    Payer ou facturer des intérêts

    Le paiement et la perception d'intérêts, comme ceux que l'on paie pour une dette ou un prêt, sont interdits par la loi islamique. Les adeptes considèrent l'intérêt comme une exploitation et investissent dans des choses qui n'en tirent pas profit. Une distinction cruciale est faite entre les intérêts qu'une banque facture sur un prêt et le type d'intérêts composés qui peuvent s'accumuler sur un achat d'actions.


    Le terme "Riba" est généralement traduit par "intérêt" en français, mais en arabe, ce mot désigne spécifiquement le fait de tirer profit d'une dette ou d'un prêt. Ce type d'intérêt n'est donc pas autorisé. Mais le mot " intérêt " en français est plus large que le mot " Riba " en arabe.


    Les "intérêts composés" autorisés sont confondus avec le type d'"intérêt" qui provient d'un prêt en raison de cette différence linguistique.


    Il y a beaucoup de musulmans qui ne connaissent pas la distinction. Et puis ils se disent : "Oh, eh bien, je ne peux pas investir dans quoi que ce soit". Mais ce n'est pas vrai. C'est donc généralement un point qui doit être clarifié.


    Investir dans des actions et autres placements en actions qui produisent des intérêts avec le temps peut être halal, à condition que l'investissement soit :

    Investir dans des industries interdites

    Les investissements dans des industries spécifiques sont interdits par la loi islamique. Il s'agit notamment de l'alcool, des loisirs pour adultes, des jeux d'argent, de la fabrication d'armes, de la finance traditionnelle et des produits à base de porc. De nombreux érudits islamiques déconseillent également d'investir dans l'industrie du tabac.


    Les investissements dans certaines de ces industries, comme l'alcool et le tabac, sont souvent connus sous le nom de " actions du péché ". Par conséquent, les investisseurs socialement responsables, ainsi que les investisseurs musulmans, peuvent préférer les éviter.

    Faire des dons à des œuvres caritatives

    Investir est aussi un moyen de respecter les valeurs islamiques, comme faire le voyage unique du hajj, qui est une obligation pour les musulmans, et donner à la charité (zakat), qui est obligatoire. Plus on gagne de l'argent, plus on peut en donner à sa communauté et à la société dans laquelle on vit.


    Parce qu'éviter les industries qui ne sont pas halal peut devenir délicat, certaines sociétés de conseil financier optent pour une autre solution.


    Quand on parle d'investissement, cela concerne aussi la charité. Donc, quand nous parlons d'investissement, lorsque nous sélectionnons des entreprises, elles ne peuvent pas avoir plus de 5 % de revenus provenant de ces zones non admissibles.

    Prise de risques excessifs, spéculation et endettement

    La Shariah déconseille d'investir dans des placements très risqués. La vente à découvert et les investissements incertains, tels que les options, peuvent être interdits selon votre interprétation. La loi islamique interdisant les jeux d'argent, toute forme d'investissement dépendant de la chance ou d'événements futurs incertains n'est pas autorisée.


    L'investissement halal décourage également les investissements comportant une dette importante.


    Le plus important, c'est la dette, car beaucoup d'entreprises sont fortement endettées. Et en raison de l'interdiction islamique de percevoir des intérêts, l'accent est mis sur le dépistage du niveau d'endettement d'une entreprise.

    Types d'investissements halal

    La recherche d'investissements halal peut demander un peu de travail, mais des ressources telles que les filtres d'actions et de fonds communs de placement halal facilitent les choses.

    1. Actions

    Tant que l'action est halal, il est acceptable d'investir. Cependant, les entreprises qui traitent dans des secteurs interdits ou qui sont considérées comme excessivement risquées doivent être regardées avec une prudence accrue ou exclues, selon votre interprétation.


    Les intérêts composés sont autorisés tant que l'actif sous-jacent est autorisé. Ainsi, si vos actions sont autorisées et que vous gagnez des intérêts composés sur celles-ci, cela est autorisé car vous ne tirez pas profit d'une dette ou d'un prêt.


    Islamicly est un site Web et une application qui peuvent vous aider à rechercher des actions halal grâce à une analyse approfondie des actions.

    2. Fonds

    Les fonds communs de placement d'actions, les fonds négociés en bourse et les fonds indiciels suivent les mêmes règles que les actions pour être halal. La seule chose à laquelle il faut faire très attention, c'est que les fonds sont composés de nombreuses actions, et qu'il y a donc plus de sociétés à examiner que lorsque vous achetez une action individuelle.

    3. Sukuks

    Les sukuks sont similaires aux obligations, mais ils ne sont pas basés sur la dette. Alors que les obligations sont essentiellement des prêts, et que l'investisseur profite des intérêts de ce prêt (et n'est donc pas halal), les investisseurs en sukuk profitent des revenus de l'investissement.


    Disons qu'un gouvernement veut construire une autoroute, et qu'il n'a pas les fonds nécessaires, donc il a besoin de lever 2 millions d'euros pour construire cette autoroute. En général, un gouvernement peut émettre des obligations pour aider à réunir ces fonds.


    Et il dit aux investisseurs : "OK, si vous nous donnez 100 €, nous vous donnerons 110 € dans six mois". Avec les sukuks, c'est comme, hé, donnez-nous les 100 €. Nous n'avons pas la garantie de vous les rendre car tout dépend de la rentabilité du projet. Donc, s'il est rentable, vous obtenez une petite partie du bénéfice dans un certain délai. S'il n'est pas rentable, alors vous ne récupérez rien.


    Mais les sukuks sont souvent liés à des projets ayant une forte probabilité de rentabilité, comme une autoroute nouvellement construite avec un péage supplémentaire.

    4. Or et autres métaux précieux

    L'or et les autres métaux sont généralement considérés comme halal car ils s'apprécient avec le temps mais ne présentent aucun autre risque lié au halal.

    5. L'immobilier

    Investir dans l'immobilier est généralement considéré comme halal. Une chose dont il faut se méfier avec l'immobilier est que tous les prêts hypothécaires doivent être halal afin de ne pas encourir d'intérêts sur un prêt.


    Les investisseurs qui s'intéressent aux FPI, ou fonds d'investissement immobilier, doivent également s'assurer que leurs FPI sont halal. Les FPI basées sur des hypothèques ne sont généralement pas autorisées. Les FPI qui tirent profit des loyers d'un bien immobilier sont plus susceptibles d'être halal.

    6. Crypto-monnaie

    La crypto-monnaie est un investissement volatile, mais cela ne signifie pas nécessairement qu'elle n'est pas conforme à la Shariah.


    Du côté des crypto-monnaies, les avis divergent. Certains érudits disent carrément que ce n'est pas halal parce qu'il y a de la spéculation. L'autre groupe d'érudits la qualifie de licite.


    Si vous vous intéressez aux crypto-monnaies ou à tout autre actif et que vous n'êtes pas sûr qu'il soit halal, il est préférable de consulter un conseiller financier spécialisé dans les investissements halal.


    Partagez-le :

    Investir

    0 commentaires: