Comment investir de l'argent : Que faut-il savoir pour débuter

Prendre des décisions d'investissement peut être un processus effrayant et accablant. Nous sommes constamment bombardés d'informations contradictoires sur le marché. À un moment donné, tout le monde est enthousiaste et, quelques heures plus tard, tout le monde est déçu.


Nous entendons dire que l'investissement est intrinsèquement risqué, mais aussi qu'il s'agit de la voie la plus claire vers la richesse. Et puis il y a l'alphabet du jargon de l'investissement, des PER aux ETF.


Alors, comment se sentir à l'aise pour placer son argent durement gagné ?


Placer son argent ne doit pas être une source d'angoisse. Commencez par comprendre vos objectifs et le niveau de risque que vous êtes prêt à prendre. Familiarisez-vous ensuite avec quelques options d'investissement différentes et demandez de l'aide si vous en avez besoin. Que vous ayez 50, 500, 5 000 ou 50 000 € à placer, vous pouvez faire fructifier votre argent en toute confiance.


Voici tout ce que vous devez savoir pour faire fructifier votre argent grâce à des investissements judicieux :

Comment investir de l'argent

La première question que se posent les investisseurs débutants est souvent de savoir comment placer leur argent. Vous ne pouvez pas vous présenter à la Bourse de Paris avec votre argent et commencer à crier " Acheter ! " et " Vendre ! ". Alors, par où commencer ?

Élaborer une politique d'investissement

Comme pour tout projet d'envergure, il est toujours bon de savoir ce que l'on veut avant de commencer. C'est pourquoi il est judicieux de commencer par rédiger une déclaration de politique d'investissement.

Comment investir de l'argent  Que faut-il savoir pour débuter

Cette déclaration personnelle peut vous aider à clarifier vos objectifs et à organiser votre planification financière. Que vous ayez l'intention de gérer vous-même vos investissements ou de travailler avec un professionnel de la finance, votre déclaration peut vous donner une feuille de route.


Dofinpro propose une excellente feuille de route pour vous aider à démarrer.


Voici ce que doit contenir votre déclaration de politique d'investissement :

1. Votre expérience en matière d'investissement.

La politique doit établir votre base de connaissances en matière d'investissement.


Êtes-vous un investisseur expérimenté ou êtes-vous encore en phase d'apprentissage ? Un conseiller financier qui comprend cela aura une meilleure idée de la façon de communiquer les informations de manière efficace. Et si vous investissez vous-même, le fait d'établir votre expérience peut vous aider à déterminer les tâches que vous devez accomplir.

2. Vos objectifs d'investissement.

L'étape suivante consiste à définir vos objectifs financiers : quels sont vos objectifs, combien coûteront-ils et quand aurez-vous besoin de cet argent ? Par exemple, l'un des objectifs pourrait être de disposer d'un million d'euros au moment de la retraite, dans vingt ans.

3. L'allocation d'actifs souhaitée.

La dernière partie du document doit être consacrée à votre décision en matière de répartition des actifs. À partir de la discussion sur les objectifs financiers, vous pouvez définir votre tolérance au risque et sélectionner les investissements qui correspondent à vos objectifs et à votre goût du risque.


Les investisseurs moins expérimentés devraient consulter un conseiller financier pour les aider à remplir cette section. Si vous avez bien défini vos objectifs financiers, un conseiller financier compétent disposera des informations nécessaires pour faire les bons choix en votre nom.


En plus de vous aider à comprendre votre situation financière, la déclaration de politique d'investissement présente également des avantages juridiques. Votre conseiller financier doit tenir compte de votre déclaration de politique d'investissement lorsqu'il choisit vos placements.


Bien que certains conseillers financiers puissent essayer de vendre des placements qui améliorent leurs commissions plutôt que vos résultats, une déclaration de politique d'investissement bien rédigée peut contribuer à prévenir cette pratique peu scrupuleuse.


En fin de compte, pour commencer à investir, il faut savoir ce que l'on veut avant d'effectuer la moindre opération d'investissement.

Instruments d'investissement

Il existe différents types d'instruments d'investissement et il est important de comprendre ce qu'ils offrent. Voici une présentation des différents types d'instruments que vous êtes le plus susceptible de rencontrer :

Fonds communs de placement

Un fonds commun de placement est une société d'investissement qui met en commun l'argent de plusieurs personnes (des investisseurs comme vous) et achète des actions ou d'autres actifs, comme des matières premières. Les actions de cette société sont ensuite mises en vente.


Les fonds communs de placement doivent donc être gérés par un gestionnaire de fonds, qui collecte tout cet argent et s'assure d'acheter et de vendre les bonnes actions.


Une chose que j'ai apprise récemment en étudiant les principes de base des fonds communs de placement est que ces fonds peuvent vous rapporter de l'argent de trois manières différentes : les paiements de dividendes (provenant des actions détenues), les plus-values (lorsque les actions sont vendues au sein du fonds) et l'augmentation de la valeur nette d'inventaire.


Lorsque je pense aux fonds communs de placement, je ne pense qu'à l'augmentation de la valeur liquidative. J'oublie que certaines actions versent des dividendes et que les gestionnaires vendent constamment des actions gagnantes pour bloquer les gains. Je suppose que, comme ces gains et ces dividendes restent dans le fonds, on n'y pense pas vraiment.

Pourquoi investir dans des fonds communs de placement ?

Il y a plusieurs raisons d'aimer les fonds communs de placement. Les fonds communs de placement permettent à l'investisseur débutant de posséder un ensemble diversifié d'actions. sans avoir à utiliser de grosses sommes d'argent pour acheter chaque classe d'actifs ou chaque action. Allocation d'actifs instantanée.


Par exemple, avec le fond indiciel CAC 40, vous pouvez payer environ 75 € et obtenir plusieurs actions. Dans chaque action de ce fonds, vous achèterez des actions françaises, représentant les 40 plus grandes entreprises du pays. Dans le cadre de votre achat d'actions, vous détiendrez des parts de TotalEnergies, Sanofi, BNP Paribas, Société Générale, Orange, et bien d'autres entreprises encore.


Pour obtenir une telle diversité avec votre propre argent, il vous faudrait bien plus que 75 €. Et il vous faudrait beaucoup de temps libre. Les fonds indiciels et les fonds communs de placement ne se contentent pas de conserver la même combinaison d'investissements. Ils investissent en permanence dans différentes actions pour tenter de maintenir une bonne performance et de respecter les objectifs initiaux du fonds.


Avec un fonds commun de placement, vous disposez d'un gestionnaire professionnel à temps plein qui s'occupe de tout cela. La contrepartie des fonds communs de placement est, bien sûr, que vous devez payer ce professionnel pour qu'il gère tout cela pour vous.

Risques liés aux fonds communs de placement

Les risques liés aux fonds communs de placement sont les mêmes que pour tout autre investissement en valeurs mobilières. L'investissement peut perdre de la valeur. Il y a également le risque d'avoir trop de dépenses. Les fonds communs de placement sont souvent très bien gérés. Ils ont donc un coût. Lorsque ces frais sont trop élevés et que le rendement de votre investissement est trop faible, vous risquez de perdre de l'argent.

Frais des fonds communs de placement

Les frais se répartissent en deux catégories principales : les frais d'acquisition des parts et les frais annuels de fonctionnement du fonds. Les frais d'actionnaires sont généralement facturés lorsque vous achetez ou vendez des parts. Les frais annuels d'exploitation des fonds sont facturés sur une base annuelle, simplement pour la détention des fonds.


Si les fonds sont décrits comme étant sans frais, ils font référence aux frais d'actionnaires. Lorsque vous comparez le ratio de dépenses, sachez qu'il s'agit du total des frais annuels d'exploitation du fonds. Les sociétés de fonds ne facilitent pas la localisation des dépenses et des frais associés aux fonds, il faut donc être prêt à faire des recherches à ce sujet avant d'acheter un fonds.

Lire le prospectus de votre fonds commun de placement

Un prospectus est un document qui fournit aux investisseurs des informations sur les investissements qui composent le fonds commun de placement, ainsi que d'autres détails sur les activités de la société.


Il existe deux types de prospectus : le prospectus statutaire et le prospectus simplifié. Le prospectus statutaire est le prospectus long et traditionnel que la plupart des investisseurs connaissent. Le prospectus simplifié, quant à lui, fournit des informations clés sur le fonds en trois ou quatre pages. Bien que les deux types de prospectus offrent des informations importantes, vous pourrez obtenir des informations plus détaillées dans le prospectus statutaire.


Lorsque vous lisez un prospectus, vous devez tenir compte des informations suivantes :

1. La stratégie d'investissement

Si vos stratégies et objectifs d'investissement personnels ne correspondent pas à ceux qui sont énumérés, il est temps de passer au prospectus suivant. Étant donné que chaque prospectus peut être rédigé de manière légèrement différente, vous pouvez trouver dans la table des matières les rubriques suivantes : Risque/Rendement, Objectifs d'investissement, Stratégies principales ou Risques principaux.

2. Rendement des investissements

Ces informations figurent souvent dans deux tableaux du prospectus : l'un compare les rendements du fonds en question aux rendements sur 1, 5 et 10 ans des fonds indiciels (comme le S&P 500), et l'autre indique les rendements annuels ou trimestriels sur les 10 dernières années environ.

3. Frais et dépenses

Vous trouverez les informations relatives à ces frais dans une section généralement intitulée "Frais et dépenses". Recherchez les frais de fonctionnement annuels nets du fonds et vous trouverez les frais exprimés en pourcentage.


En outre, vérifiez s'il existe une section intitulée "Frais de gestion et de conseil en investissement". Vous saurez ainsi si le gestionnaire d'investissement perçoit une prime de performance les années où ses résultats sont supérieurs à ceux de l'indice de référence.


Enfin, vérifiez le coût de rotation. Une rotation plus élevée - lorsque le gestionnaire achète et vend des titres plus souvent - peut entraîner des coûts et des impôts supplémentaires si votre fonds est placé sur un compte imposable.


Les fonds communs de placement se présentent sous différentes formes. Il est donc utile de comprendre ce que chaque type de fonds est censé faire :

Fonds communs de placement à dividendes

Les investissements qui rapportent des dividendes sont ceux qui permettent de gagner un peu plus d'argent. Dans le cas des actions à dividendes, de temps à autre, une société prélève une partie de ses bénéfices et la distribue à ses actionnaires.


Si vous possédez des actions d'une société qui verse des dividendes, il s'agit d'argent supplémentaire que vous recevez simplement parce que vous possédez des actions. Vous pouvez le dépenser comme bon vous semble (mais n'oubliez pas que vous devez payer des impôts sur cet argent). De nombreuses sociétés proposent des plans de réinvestissement qui vous permettent d'utiliser automatiquement les dividendes pour acheter d'autres actions. C'est comme si vous receviez des actions gratuites.


L'idée est la même pour les fonds communs de placement à dividendes. De temps à autre, les investissements dans le fonds paient des dividendes, et le fonds les distribue ensuite à ceux qui investissent dans le fonds commun de placement. Toutefois, de nombreux fonds communs de placement à dividendes utilisent simplement les dividendes pour vous aider à acheter davantage d'actions du fonds commun de placement, augmentant ainsi vos avoirs - et vos gains potentiels.

Fonds indiciels

Ce type de fonds est conçu de manière à ce que la performance soit identique à celle d'un indice de marché spécifique. Par exemple, un fonds indiciel associé au S&P 500 devrait refléter la croissance (ou les pertes potentielles) du S&P 500.


Les fonds indiciels présentent un risque plus faible car ils intègrent une large exposition au marché. Ils sont également moins coûteux que d'autres types de fonds communs de placement, car ils ne nécessitent pas de gestion directe de la part d'un gestionnaire de fonds et leur rotation au sein du portefeuille est faible.


En raison de tous ces avantages, les comptes de retraite utilisent souvent les fonds indiciels comme base de leur stratégie d'investissement.

Fonds négociés en bourse (ETF)

Les ETF sont un groupe d'investissements rassemblés et généralement liés à un indice (comme les fonds indiciels) dont vous pouvez acheter des parts et que vous pouvez négocier comme des actions. Cela signifie que vous bénéficiez de la diversification associée aux investissements groupés, du faible coût associé aux fonds "passifs" et de la souplesse d'une personne qui négocie des actions.


Outre les fonds plus larges qui constituent l'essentiel des transactions sur les ETF, vous pouvez investir dans des ETF de matières premières (par exemple, l'ETF du cuivre), des ETF de petits secteurs, des ETF étrangers, etc. Tous les ETF ne se valent pas. Certains sont gérés de manière plus active et sont donc plus chers.


Les ETF sont souvent comparés aux fonds indiciels, mais contrairement à ces derniers, les ETF nécessitent généralement le paiement d'une commission de courtage, ne permettent généralement pas un plan d'investissement automatique, ont souvent moins de frais "internes", peuvent vous aider à éviter l'impôt sur les plus-values dans les comptes imposables et peuvent généralement être achetés en plus petites quantités.


Vous pouvez acheter des actions d'ETF auprès d'un courtier en ligne à prix réduit tel que Trade Republic ou Linxea.

Les actions

Ces investissements sont ceux auxquels la plupart d'entre nous pensent lorsque nous parlons d'investissement.


Posséder une action signifie que vous possédez une partie de la société qui l'a émise. Vous avez donc un droit sur une partie des actifs et des bénéfices de la société dont vous possédez les actions. Lorsque l'évaluation de l'entreprise augmente, la valeur de votre action augmente également. L'objectif de l'achat d'une action est d'acheter à bas prix et de vendre à prix élevé.

L'immobilier

L'investissement dans l'immobilier constitue depuis longtemps une voie solide vers la croissance de l'investissement. Non seulement l'immobilier vous offre la possibilité de percevoir des revenus réguliers grâce aux loyers, mais votre bien d'investissement peut également s'apprécier au fil du temps. Cependant, investir dans l'immobilier peut s'avérer un peu plus compliqué que de choisir simplement des actions, des fonds communs de placement ou des ETF.


Traditionnellement, l'investissement immobilier consiste à acheter directement un bien locatif. Cela nécessite une mise de fonds importante et peut également nécessiter un certain travail sur le terrain, en particulier si vous envisagez de gérer votre bien vous-même.


L'investissement immobilier est devenu un peu plus facile depuis que vous pouvez investir dans des FPI, ou les livrets d'épargne immobilière, avec un investissement minimum de seulement 100 € chez Livret P.

Stratégies d'investissement

Le simple fait de connaître vos options d'investissement peut ne pas vous aider à élaborer un plan pour votre propre portefeuille d'investissement. C'est là qu'interviennent les stratégies d'investissement. Comprendre comment les différentes stratégies peuvent affecter votre argent, votre horizon d'investissement et votre charge fiscale peut vous aider à déterminer les meilleurs choix pour votre portefeuille.

La méthode des sommes fixes

La méthode des sommes fixes consiste à investir son argent selon un calendrier établi, avec un montant ou un pourcentage fixe, quelles que soient les conditions du marché. Par exemple, vous décidez d'investir chaque mois dans une action, un fonds commun de placement ou un autre placement en versant 100 € jusqu'à ce que vous atteigniez un objectif ou une date prédéterminée.


Avec cette méthode, vos 100 € s'achètent plus ou moins cher en fonction de la valeur actuelle de votre investissement.


En investissant selon un calendrier, vous ignorez intentionnellement les prix du marché au jour le jour et vous faites confiance à l'idée qu'au fil du temps (un long moment), un portefeuille diversifié gagnera plus qu'il ne perdra. La personne qui investit selon cette stratégie ne panique pas lorsqu'elle constate une baisse du marché, elle apprécie simplement le fait qu'elle peut désormais acheter davantage avec son argent.


Cette stratégie réduit également le risque de payer trop cher les investissements. S'il s'agit d'un investissement unique réalisé par un investisseur à court terme (moins de cinq ans), l'achat échelonné (sur une période d'un ou deux ans) réduit le risque d'acheter trop cher.

Allocation d'actifs

Bien que nous ayons brièvement abordé la question de l'allocation d'actifs ci-dessus, il est important de parler de la manière dont l'allocation stratégique d'actifs peut affecter votre portefeuille.


L'allocation d'actifs consiste à répartir votre portefeuille d'investissement entre les différentes catégories d'actifs. Il s'agit principalement de répartir des montants différents dans les principales catégories d'actifs : les actions et les liquidités. Les autres catégories d'actifs comprennent l'immobilier, les matières premières, les métaux précieux, d'autres alternatives telles que les investissements dans l'art.


Vous pouvez également diviser vos actifs en différents types d'actions. Vous pouvez aussi faire l'inverse et répartir vos actifs entre différents secteurs. Si vous continuez à creuser, vous pouvez répartir vos fonds entre des milliers de types d'actifs différents.


La diversification consiste à répartir vos investissements dans différentes classes d'actifs, différents secteurs d'activité, voire différents pays, afin de parvenir à un équilibre entre le risque et le rendement. Pour mieux expliquer la différence, on pourrait dire qu'il est possible d'avoir une stratégie d'allocation d'actifs qui n'est pas diversifiée.


Pour être sûr d'avoir une stratégie d'allocation d'actifs qui vous convienne, veillez à intégrer les étapes suivantes dans votre gestion de portefeuille :

  • Comprendre les catégories d'actifs. Apprenez à connaître les actions, l'immobilier et les autres liquidités.  Comprenez les risques liés à chacune d'entre elles.
  • Apprenez à connaître votre tolérance au risque. Passez l'un des nombreux tests en ligne pour déterminer votre tolérance au risque. Veillez à repasser le test tous les cinq ans, au fur et à mesure que vos actifs augmentent et que votre situation évolue.
  • Assurez-vous que votre portefeuille est réparti en fonction de votre tolérance au risque. Enfin, veillez à ce que votre portefeuille corresponde à vos objectifs. Rééquilibrez votre portefeuille chaque année pour vous assurer que vous restez en phase avec vos objectifs.

Investissements fiscalement avantageux vs. investissements imposables

L'atténuation de la charge fiscale est un aspect important de l'investissement intelligent. Il est donc utile de comprendre la différence entre les placements fiscalement avantageux et les placements imposables.

Investissements fiscalement avantageux

Plusieurs dispositifs d'investissement vous permettent de bénéficier d'avantages fiscaux. Voici quelques exemples :

Plan d'épargne retraite (PER) :

Les versements effectués sur un PER sont déductibles de votre revenu imposable dans la limite d'un plafond annuel. Ce plafond est variable et dépend de votre situation.


En tant que salarié ou indépendant, vous pouvez déduire jusqu'à 10% de votre revenu professionnel net, plafonné à 32 909 €. Les non-salariés non agricoles ont un plafond similaire à 25 710 €. Pour vous donner une idée concrète, si votre revenu net est de 40 000 €, vous pourriez déduire jusqu'à 4 000 € de votre revenu imposable en versant sur votre PER.


Si vous optez pour une rente viagère, votre capital se transforme en paiements réguliers soumis à l'impôt sur le revenu, mais exempts de prélèvements sociaux.


En revanche, si vous choisissez de toucher le capital à partir de 62 ans, il est exonéré d'impôt sur le revenu, bien que les prélèvements sociaux restent à la porte.


En cas de circonstances exceptionnelles comme l'invalidité, le décès, l'achat d'une résidence principale ou le financement d'un projet professionnel, vous pouvez également sortir en capital avant 62 ans sans impôt sur le revenu, mais avec des prélèvements sociaux.


Ces avantages fiscaux ne sont pas gravés dans la pierre, alors restez à jour avec les règles fiscales. Choisissez judicieusement entre un PER individuel ou d'entreprise et décidez si vous préférez une rente viagère ou toucher le capital.

L'assurance-vie

L'assurance-vie offre une fiscalité avantageuse sur les gains et intérêts générés par votre épargne. L'abattement dépend de la durée du contrat :


Après 8 ans :

  • Abattement de 4 600 € par an pour les retraits effectués par l'assuré.
  • Abattement de 9 200 € par an pour les retraits effectués par les bénéficiaires en cas de décès de l'assuré.

Après 12 ans :

  • Abattement de 8 000 € par an pour les retraits effectués par l'assuré.
  • Abattement de 16 000 € par an pour les retraits effectués par les bénéficiaires en cas de décès de l'assuré.

Pour comprendre, prenons l'exemple d'un contrat d'assurance-vie de 100 000 € avec des gains de 20 000 € après 10 ans. Si l'assuré effectue un retrait total, il sera imposé sur 20 000 € - 8 000 € = 12 000€.


L'assurance-vie permet de transmettre un capital aux bénéficiaires désignés par l'assuré, hors succession. Cela peut être un moyen :

  • De favoriser certains héritiers : Vous pouvez désigner des bénéficiaires qui ne sont pas nécessairement vos héritiers légaux.
  • De réduire les droits de succession : Le capital transmis via l'assurance-vie est exonéré de droits de succession dans la limite de 152 500 € par bénéficiaire.

Investissement locatif

L'investissement locatif, en tant que stratégie patrimoniale, offre des avantages fiscaux attractifs à travers des dispositifs tels que Pinel, Denormandie et Louer Abordable.


Le dispositif Pinel propose une réduction d'impôt de 12% à 21% du prix d'achat du bien, selon la durée de location (6, 9 ou 12 ans). Pour en bénéficier, il est essentiel d'investir dans les zones tendues du marché immobilier, caractérisées par une forte demande locative, et de respecter les plafonds de loyers et de ressources des locataires.


Quant au dispositif Denormandie, il encourage la rénovation et la location dans les centres-villes anciens dégradés. Une réduction d'impôt de 12% à 21% du coût des travaux est envisageable, mais cela nécessite des travaux de rénovation énergétique et de remise en état du bien immobilier.


Le dispositif Louer Abordable, axé sur l'accès abordable au logement, offre une réduction d'impôt de 15% sur le prix d'achat pour une durée de location de 9 ans. Pour bénéficier de cet avantage, il est nécessaire de louer le bien à des loyers inférieurs aux plafonds du marché, définis par l'État, dans des zones où la demande locative est forte et les loyers élevés.

Investissement imposable

L'investissement imposable consiste à investir l'argent après impôt sans passer par un compte fiscalement avantageux. C'est simple, n'est-ce pas ?


Ce qu'il faut retenir, c'est qu'il ne faut investir de l'argent dans ce type de placement qu'après avoir épuisé toutes les possibilités offertes par les comptes fiscalement avantageux. Ces investissements seront imposés avant que vous n'y placiez l'argent et les revenus de ces investissements seront imposés.


Les comptes imposables peuvent être ouverts aux mêmes endroits que les comptes fiscalement avantageux, c'est-à-dire dans les banques et les sociétés d'investissement. Mais les meilleurs endroits sont ceux qui vous permettent d'effectuer des transactions à bas prix, puisque vous le ferez théoriquement plus souvent.


Quand donc devriez-vous envisager d'investir dans des comptes imposables ? Plusieurs raisons peuvent vous inciter à commencer à investir dans des comptes imposables :

  • Lorsque vous avez atteint le maximum de vos options : Lorsque vous avez atteint le maximum de vos contributions annuelles PER et de vos contributions PEA, un compte imposable vient ensuite.
  • Quand vous voulez de la flexibilité : Contrairement à un PER ou un PEA, avec l'investissement imposable, vous pouvez déplacer votre argent comme bon vous semble. Vous n'avez pas besoin d'attendre la retraite pour accéder à l'argent.

Devriez-vous avoir à la fois des comptes fiscalement avantageux et des comptes imposables ?

Il n'y a pas de mal à avoir les deux types de comptes.


Si vous avez atteint l'une des étapes énumérées ci-dessus, il est probablement temps pour vous de commencer à ouvrir un compte imposable. Cependant, assurez-vous que vous maîtrisez votre endettement et que vous disposez d'un fonds d'urgence décent avant d'injecter une grande quantité d'argent supplémentaire dans l'un de ces comptes.

Où ouvrir un compte d'investissement ?

Par le passé, il était pratiquement impossible de devenir investisseur sans s'associer à un professionnel de la finance. Aujourd'hui, cependant, l'internet et la technologie financière ont abaissé les barrières à l'investissement en solo. En particulier, il existe désormais un certain nombre de courtiers à prix réduit et de robots-conseillers en ligne.


Un courtier à prix réduit offre des services d'investissement limités, ce qui vous permet d'investir avec des commissions moins élevées.


De nombreux courtiers à escompte facturent des frais fixes pour les transactions que vous effectuez. Cependant, les courtiers à escompte offrent souvent une sélection limitée d'options d'investissement. Vous pouvez être limité aux actions, aux fonds communs de placement, aux ETF et à d'autres produits d'investissement de base.


Vous avez la possibilité, avec de nombreux courtiers à prix réduit, d'appeler et de parler avec un professionnel, mais de telles séances vous coûteront cher.


Les robots-conseillers, quant à eux, sont des plateformes d'investissement automatisées en ligne. Ces plateformes sont conçues pour maintenir vos coûts à un niveau bas, car elles utilisent des algorithmes informatiques pour gérer votre portefeuille. Les robots-conseillers sont plus susceptibles d'être l'option d'investissement à mettre en place et à oublier, tandis que les courtiers à escompte sont plus orientés vers les investisseurs bricoleurs.


Vous pouvez facilement commencer à investir avec l'une des plateformes en ligne suivantes :

Linxea

Linxea est l'un des courtiers à prix réduit en ligne, mais il se distingue par le fait qu'il propose des services d'investissement complets, avec des soldes minimums peu élevés. Il s'agit d'une excellente option pour les investisseurs autonomes et propose une large gamme d'outils et de ressources pour vous aider à prendre des décisions éclairées.

Mon Petit Placement

Mon Petit Placement, l'un des meilleurs robots-conseillers, aide depuis longtemps les gens à investir leur argent. Mon Petit Placement propose des outils d'investissement axés sur les objectifs qui aident les investisseurs à constituer un portefeuille diversifié et à épargner pour l'avenir.

Cashbee

Si vous aimez l'idée d'investir de manière autonome, mais que vous souhaitez également choisir vos propres investissements, Cashbee est peut-être ce qu'il vous faut.


Ce service d'investissement vous permet de choisir vos investissements, puis de gérer votre portefeuille pour vous, y compris le rééquilibrage automatique.

Freedom24

Bien qu'elle propose une gamme complète de services, allant de la gestion administrative de votre compte à la recherche avancée d'investissement, Freedom24 se distingue surtout par ses conseils en matière d'investissement.


La plateforme vous met en relation avec un conseiller personnel dédié. Si vous choisissez d'investir avec Freedom24, votre argent est placé dans un portefeuille diversifié de fonds indiciels et d'ETF.

Ce qui nuit à vos investissements

Lorsque vous investissez, il est important de vous assurer que vous faites de votre mieux pour maximiser vos gains.


Beaucoup d'entre nous se demandent seulement si le compte d'investissement se porte bien ou non. Pourtant, il y a d'autres éléments auxquels il faut prêter attention. Voici quelques éléments qui peuvent nuire à vos revenus d'investissement :

Les frais

Vous pourriez être surpris de constater à quel point les frais peuvent éroder vos revenus d'investissement. Tout investissement s'accompagne de frais. Tous les courtiers, y compris les courtiers à prix réduit en ligne, facturent des frais de transaction lorsque vous achetez ou vendez.


Tous les fonds comportent des frais. Cependant, il n'est pas nécessaire de payer plus de frais que nécessaire.


Vous pouvez payer jusqu'à 2 % ou plus sur les fonds communs de placement gérés, mais si vous choisissez un fonds indiciel, vous pouvez probablement payer moins de 0,5 %. Comparez également les frais de transaction des courtiers. Certains courtiers facturent des frais fixes pour toutes les transactions, tandis que d'autres ont des structures de frais différentes.

Les impôts

Votre stratégie fiscale peut vous coûter cher à terme. Vous devrez bien sûr payer des impôts, mais vous devez vous assurer que vous ne payez pas plus qu'il n'est nécessaire.


Regardez où va votre argent. Essayez de placer autant d'argent que possible sur des comptes fiscalement avantageux si vous voulez retarder le paiement des impôts. Sur les comptes d'épargne retraite (PER), votre argent fructifie en franchise d'impôt bien que vous deviez payer des impôts sur vos revenus avant d'investir.


Si vous détenez un investissement pendant plus d'un an, vos gains sont généralement imposés à un taux plus bas.


Voici quelques conseils pour réduire vos impôts sur vos investissements :

  • Utilisez des comptes fiscalement avantageux. Il existe de nombreux types de comptes fiscalement avantageux, tels que les PER et les PEA.
  • Investissez à long terme. Plus vous investissez longtemps, plus le taux d'imposition sur vos gains est susceptible d'être bas.
  • Récoltez vos pertes. Si vous vendez un investissement à perte, vous pouvez utiliser cette perte pour compenser vos gains imposables.

Conclusion

Il existe de nombreuses options en matière d'investissement. Mais avant de commencer, comprenez clairement vos objectifs et votre tolérance au risque.


Lorsque vous êtes prêt, le premier endroit où commencer est votre plan d'épargne retraite (PER) ou votre plan d'épargne en actions (PEA) jusqu'à ce que vous profitiez pleinement. Une fois que c'est fait, commencez à investir dans des comptes imposables.


Choisissez vos investissements et la répartition de vos actifs en fonction de vos objectifs et de votre tolérance au risque. Ajustez-les au fil du temps en fonction de l'évolution de votre tolérance au risque et de votre horizon temporel.